Cette chose qui me rend heureuse #2 : Rentrer à la maison un soir de beau temps

Les jours commencent enfin à rallonger. Dans 1 mois, l’hiver prendra fin pour laisser place à la saison du re-nouveau : le printemps. On commence enfin à ré-entendre les oiseaux chanter le matin. Sur le chemin de la fac, c’est définitivement quelque chose qui me donne le sourire et me permet de commencer la journée en douceur. Et sur cette même route que je fais inlassablement matin et soir, à pied, entre mon appart’ et le métro, cette route où la chose la plus intéressante à voir est l’évolution de la construction du nouvel immeuble, cette route au trottoir étroit, sur laquelle tu te prends chaque matin les lycéens qui ont absolument tous décidé de marcher de front et qui t’obligent à descendre du trottoir tous les 5 mètres, cette route définitivement ennuyeuse, je l’oublie totalement quand je rentre le soir, qu’il fait encore jour et que le temps est ensoleillé. Ce moment où la journée touche doucement à sa fin, où tu lâches prise, c’est de ce moment là dont je parle. Lire la suite

Pourquoi personne n’aime passer l’aspirateur et préfère manger du chocolat noir aux zestes d’oranges

Aujourd’hui j’ai pris conscience d’un truc que je refoulais sans cesse, sans réellement m’en rendre compte. Ça fait 4 jours que je me dis qu’il faut ABSOLUMENT que je passe l’aspirateur. Vous aussi (à moins que vous ne soyez une de ses personnes complétement accro à la serpillère et qui ne peuvent voir une paillette de poussière sans en avoir un haut-le-cœur et les narines qui grattent. (oui, chez moi les poussières sont des paillettes) – OK, attendez cette phrase est beaucoup trop longue, je reprends ma respiration et je recommence : ).  Lire la suite

Ce moment où tu te parfumes

Billet publié sur mon Tumblr le 14 janvier 2015


Parfois, la vie n’est pas telle qu’on la souhaiterait. Parfois le moral n’est pas au beau fixe. Parfois on ne broie que du noir.

L’actualité et les média annoncent sans cesse des évènements désastreux, des faits malheureux qui nous plongent toujours plus profondément dans un état d’aversion.

Alors pour se protéger de toutes ces agressions extérieures, concentrons-nous sur ces choses qui nous rendent heureuses. Ces choses futiles, inutiles, insignifiantes mais qui savent s’imposer discrètement dans ce qui constitue notre bien-être quotidien.

Relevons ces détails, jour après jour. Donnons leur de l’importance. Concentrons nous, recherchons les. Il en va de notre bonheur, de notre santé mentale.

#1 : sentir l’odeur de mon parfum préféré quand je me parfume.

signature