Sinon, j’ai fait un drôle de rêve cette nuit…

Billet publié sur mon Tumblr le 9 décembre 2014


Sinon j’ai fait un drôle de rêve cette nuit. Mes soeurs et moi, on voulait s’échapper d’un asile psy. Au moment où l’une d’elles passe par la fenêtre, on se fait choper par le surveillant (lui : psy). Il nous enferme dans une cage, à côté des cochons, dans la cour. On comprend alors que, tout comme les cochons, on servira de repas. C’était en période après-guerre, il n’y avait plus grand chose à manger. Ils faisaient avec ce qu’ils avaient.

Ouais…

Bizarre…

signature

J’aurais pu inventer Inception. Ou la theorie de la vie d’une enfant.

Billet publié sur mon Tumblr le 27 novembre 2014


Quand j’étais petite, j’avais une théorie…

Ne vous êtes-vous jamais posés les questions, plus jeunes, du “pourquoi quand on dort, on ne s’en rend pas compte?” “pourquoi le lendemain, on se réveille, en forme certes, mais en ayant l’impression de s’être couché il y a 3 minutes?” “pourquoi on rêve?” “pourquoi nos rêves nous paraissent si réels quand on y est?” Toutes ces questions m’ont un jour conduit à me poser 5 minutes, et à élaborer une théorie de la vie et du rêve. Attention, schéma à l’appui.

Dans cet excès d’imagination et de délires jeunesques, voici ce qui en était ressorti. Lire la suite

Je t’aime aussi ma couille <3

Billet posté sur mon Tumblr le 5 Novembre 2014


je t'aime aussi ma couille

Dans un monde aujourd’hui dominé par les réseaux sociaux, les communications couplesques n’échappent pas aux dé-convenances. Une petite attention romantique peut très vite tourner en un humour grotesque (qui n’en ai pas moins drôle – à mon avis). C’est ainsi qu’il me répondra donc, pourtant bien confortablement installé dans le canapé, à 10cm de moi.

Ne donnons pas au vin apéritif ne serait-ce qu’une once de culpabilité. C’est ainsi que je l’aime.

signature

Et si on prenait le temps ?

Billet publié sur mon Tumblr le 17 septembre 2014


Avons-nous déjà pris le temps d’observer les gens dans le rue ? Je veux dire observer, vraiment. Je ne parle pas de s’assoir sur un banc et de juger de la tenue trop aguichante de cette fille ou des cheveux mal coupés de cet homme. Ni de cette mère qui ne s’y prend certainement pas de la meilleure façon avec ses trois enfants, qui a oublié que l’on pouvait parler, sans crier, et que les gosses ne sont pas des adultes. Je ne parle pas non plus de ce SDF, qui sent la pisse, la bière, ou tout autre odeur in-identifiable.

Observer, vraiment.

Qui sont ces gens ? D’où viennent-ils ? Quel est leur passé ? Quel sera leur futur ? Que ressentent-ils ? Sont-ils tristes ? En colère ? Joyeux ? Sont-ils heureux ? D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? A quoi pensent-ils ? Pensent-ils à ce qu’ils cuisineront ce soir ou pensent-ils à comment ils trouveront l’argent pour manger ?

Chaque personne a sa propre vie. Sans cesse, on se croise, on s’ignore, trop obnubilé par ses propres préoccupations. Et si on prenait le temps ? Et si on essayait de voir autre chose ?
Le sérieux avec lequel cette dame mange sa gaufre au Nutella. Cette jeune femme souriante à la vie. Ou celle-ci, assise sur le bord du trottoir, la tête entre les mains et les larmes lui coulant sur les joues. Et cet homme, allongé au sol, à la sortie du métro, la chemise grande ouverte, un médecin lui prodiguant un massage cardiaque.

Nous passons à côté de chacune de ces personnes, chaque jour, et nous ne nous arrêtons jamais.

Pourquoi ?
Devrions-nous ?

Une chose est sûre, je refuse de m’arrêter aux apparences, à ce que les gens laissent paraître d’eux. Car ils sont tellement plus que ça.

Apprenons à être tolérant. Apprenons à être patient.

signature

 

Le pouvoir de la musique

Billet publié sur mon Tumblr le 13 septembre 2014.


Y-a-t-il une chanson qui instantanément vous plonge dans une émotion particulière ?

Parce que je moi, j’en ai plein.

1er exemple : Agnès Obel et son album Philharmonics me donnent systématiquement envie de me blottir à côté d’un feu de cheminée, sur un tapis en fausse fourrure, et un bon livre entre les mains. Je frissonne à chaque fois. Ses chansons me rendent mélancolique mais en même temps si heureuse. Il suffit que je ferme les yeux, et… je me sens bien. Très bien. Lire la suite